Peugeot: Varin et sa retraite chapeau – Doc

L’ex-Président du directoire de Peugeot SA a trompé son monde en laissant croire en novembre 2013 qu’il renonçait à sa retraite dorée. Non seulement parce qu’à cette date, il n’y avait pas droit, mais surtout parce qu’au lieu de cela, il s’est fait attribuer une rente à vie de près de 300 000 euros par an.

Le coût de sa retraite chapeau peut être estimé à 15 millions d’euros d’après le calcul basé sur son espérance de vie.

Pour établir ces faits, nous avons repris les éléments des documents de référence 2013 et 2014 de Peugeot.

————-

(Extraits du document de référence 2013)

Varin-Preuve1En novembre 2013, il est décidé que Philippe Varin, poussé vers la porte depuis plusieurs mois, quittera son poste. Le 25 novembre, Carlos Tavares entre au directoire dans la perspective de lui succéder.

 

 

Jean-Philippe Mercier, délégué central CGT de PSA, dénonce la retraite chapeau, dont pourrait bénéficier Philippe Varin. Il en coûterait 21 millions à PSA pour une rente à vie de 420 000 euros bruts/an.

Le 27 novembre 2013, une conférence de presse est organisée en fin d’après midi pour recueillir une déclaration de Philippe Varin. C’est idéal pour viser l’audience maximum sur les journaux TV de 20h.

Devant les journalistes, Philippe Varin se dit sous pression et fait la déclaration suivante :

 Fr2-JP-retraite-chapeau-27-11-2013-Ph-Varin-conf-JPG « Compte tenu de la polémique… J’ai décidé de renoncer aux dispositions actuelles de mes droits à la retraite »

Les journaux télévisés n’ont pas le temps de digérer l’information, ils traduisent : « Philippe Varin renonce à sa retraite chapeau ».

Comme les autres médias TV, France 2 consacre à cet événement une partie de son journal de 20 h ( voir ci-dessous). Les politiques se succèdent pour soit dénoncer le montant promis, soit se féliciter de ce renoncement. Moscovici, Montebourg et jusqu’à François Hollande, interviennent à ce sujet pour signifier le rôle joué par le gouvernement.

F2 le 27 nov 2013
F2 le 27 nov 2013

En attendant, on peut se demander si cet événement médiatique n’est pas fabriqué de toutes pièces. En effet, ce 27 novembre 2013, Philippe Varin a 61 ans . S’il a bien l’âge de partir à la retraite (dans sa tranche d’âge est de 60 ans et 9 mois), son ancienneté est de seulement 4 ans et 6 mois.

Varin-cursus-preuve2On lit en effet, dans le document de référence qu’il a pris son poste chez Peugeot le 1er juin 2009.

Son ancienneté n’est pas suffisante, à cette date, pour qu’il bénéficie du régime de retraite chapeau auquel il prétend renoncer.

 

 

En effet, comme on le voit dans l’extrait, le régime de retraite supplémentaire prévoit qu’il lui faut occuper une fonction de dirigeant pendant 5 ans pour y avoir droit, s’il part pour la retraite. Sinon l’ancienneté requise est de 8 ans.

Voici l’extrait du Document de référence qui explique en quoi consiste l’ancien régime de retraite chapeau en vigueur en novembre 2013 lorsque Philippe Varin fait sa déclaration. Elle exige bien une ancienneté de 5 ans, c’est affiché noir sur blanc.

Varin-ancienne-retraite-Preuve3

 

 

 

Varin-ancienne-retraite-Preuve3bis

 

Il est donc tout à fait clair qu’à l’heure où Philippe Varin fait la déclaration indiquant qu’il renonce à ce régime de retraite chapeau et aux 420 000 euros brut annuels de pension qui vont avec, il n’a droit à rien du tout.

Il trompe son monde, mais certainement pas le comité des nominations, des rémunérations et de la gouvernance de Peugeot qui a engagé un plan de succession de Philippe Varin le 20 novembre 2013.

varin-reunion-27-11-13-comite-nominationsCet extrait du document de référence 2013  indique en effet, qu’une réunion du comité des nominations, des rémunérations et de la gouvernance s’est tenue 27 novembre 2013 pour en discuter.

 

 

Qui fait partie des membres du comité des nominations, des rémunérations et de la gouvernance de Peugeot  ?

 

 

Le comité est présidé par Geoffroy Roux de Bezieux depuis le 30 juillet 2013. Il est vice président du Medef. Quant à Louis Gallois, il y siège également avec pour mission de défendre les intérêts de l’Etat qui a avancé beaucoup d’argent à Peugeot. Ci-contre la liste des membres au complet.

Pourquoi en novembre 2013, alors que le successeur est dans la place, ne remercie-t-on pas sur le champs le futur ex-patron de Peugeot qui ne bénéficie par ailleurs d’aucun parachute doré ?

Les documents confirment bien qu’il a renoncé à l’ancien régime de retraite supplémentaire, mais il n’a pas dit son dernier mot.

Varin-haut-comite-medefC’est le conseil de surveillance, qui décidera lors de son départ, des conditions de celui-ci. Peugeot s’en remet comme on peut le voir ci-dessous à une décision du Haut comité de gouvernement d’entreprise Afep-Medef.

 

 

Avec Geoffroy Roux de Bézieux, vice président du Medef à la tête du comité des nominations, des rémunérations et de la gouvernance du constructeur, on comprend désormais que c’est le Medef qui décidera de la rente de Philippe Varin.

Or, début 2014, il va se passer quelque chose qu’on découvrira bien plus tard. Philippe Varin va obtenir la mise en place d’un nouveau régime de retraite supplémentaire pour les dirigeants. Il est désigné parmi les bénéficiaires.

Varin-nouvelle-retraiteVoici la description de ce nouveau régime qui date du 1er janvier 2014.

Que constate-t-on ?

 

 

 

 

 

Ce nouveau régime n’est pas très différent du précédent, la base de calcul de la rémunération est un peu moins favorable pour Philippe Varin, mais les conditions d’ancienneté sont les mêmes. Celui qui partira en retraite, doit afficher une ancienneté de 5 ans pour en bénéficier.

En janvier, puis en février, le départ de Philippe Varin n’est toujours pas programmée.

Le 30 mars 2014, il est mis fin à son mandat.

Son ancienneté dans l’entreprise est alors de 4 ans et 10 mois. S’il quitte le groupe à ce moment là, il ne peut toujours pas profiter du régime de la nouvelle retraite supplémentaire. Peugeot peut encore espérer faire l’économie du coût de celle-ci que nous estimons grossièrement autour de 15 millions d’euros.

Contre toute attente, Philippe Varin réussira tout de même à jouer les prolongations. Il ne quittera Peugeot qu’en juin.

Peugeot lui signe un nouveau contrat qui lui confie une « mission temporaire d’assistance à la mise en oeuvre des accords conclus avec l’Etat et Dongfeng ». Ainsi il va rester en poste au delà du 1er juin 2014, assez pour valider 5 ans d’ancienneté et percevoir sa rente à vie.

Ce contrat n’a pas été publié mais son existence nous a été confirmée.

varin-montant-nouvelle-retraiteOn apprend dans le document de référence 2014 qui vient d’être distribué aux actionnaires, que Philippe Varin va bien toucher 299 000 euros/an de retraite chapeau. C’est moins que prévu initialement mais pour l’ex-patron c’était inespéré compte tenu du contexte.

 

 

Lire aussi la story  :

Retraite chapeau : le tour de passe-passe de Philippe Varin chez Peugeot

 

Poster un Commentaire

  S'abonner  
Me notifier des