Vivendi: le coup de bluff de Bolloré

C’est un grand coup de bluff auquel s’est livré Vincent Bolloré à l’assemblée générale de Vivendi. Avec 4 milliards d’euros pour 14,5 % du capital, il est devenu maître à bord d’un groupe qui cote plus de 30 milliards d’euros.  Ce qu’il propose pour l’instant, c’est un énorme pari avec l’argent des autres et sans dévoiler son jeu. Voilà pourquoi les fonds d’investissement préfèrent récupérer le cash.

Les actionnaires individuels sont plus patients car quand la Bourse est au plus haut, réinvestir son cash est un vrai casse tête.  Le 27 avril dernier, la plupart étaient plutôt satisfaits de constater qu’il y avait enfin un capitaine à la barre. Depuis son arrivée, l’action s’est redressée de 16 à 24 euros.

Les minoritaires ne sont pas dupes pour autant et continuent de se poser des questions sur l’avenir du groupe.

 

VINCENT_BOLLORE_DECEMBRE_2012Se tricoter une stratégie d’alliance

Car si Vincent Bolloré a gagné des paris, il a aussi connu aussi des échecs ( Aegis, le WiMax ou encore le port de Dakar…).

Bientôt dépecé, Vivendi n’aura plus que trois actifs dans sa manche. Universal Music Group ( promotion des talents musicaux et édition)  est le seul à afficher une dimension mondiale, mais avec des marges laminées par le piratage et l’arrivée du streaming. La chaîne payante Canal +, surtout présente en France et qui se développe en Afrique, pâtit de la concurrence de l’internet et de la hausse des droits du sport. Quant à la participation dans l’opérateur italien surendetté Telecom Italia ( 5,5 %), c’est un actif monayable contre des partenariats. Et Stéphane Richard, le patron d’Orange n’est pas le dernier à lorgner du côté italien.

Avec un trésor de guerre de 5,2 milliards chez Vivendi, Bolloré doit maintenant trouver un partenaire pour stabiliser le capital à horizon de deux ans. Un partenaire qui n’ait pas peur de prendre un énorme pari donc qui ne joue pas avec son propre argent. Car tous les actifs profitables de Vivendi ont été cédés et il faudra du temps pour reconstruire un groupe rentable.

 

Ce qu’il faut retenir de l’AG de Vivendi du 27 avril 2015 :

– A la demande des fonds activistes qui réclamaient 9 milliards d’euros, Vivendi s’est engagé à reverser à ses actionnaires 6,75 milliards d’euros d’ici 2017,

Denis Branche de Phitrust a relayé les demandes de suppression des droits de vote double de plusieurs fonds d’investissement. La société de gestion activiste a mis en avant de solides arguments. Elle a noté également que l’inscription au nominatif compliquait la gestion pour les gérants de fonds notamment étrangers et que par conséquent même les fonds de pension,  n’en profiteront pas.

– Malgré ces arguments, le système des droits de vote double (Loi Florange) a été maintenu. Les fonds d’investissement qui s’y opposaient n’ont pas obtenu les 66 % de voix nécessaires ( mais seulement 49,85 %) pour le retour au système 1 action= 1 voix.

– En contrepartie, les fonds qui ont suivi les activistes ont refusé à Vivendi l’autorisation d’augmenter son capital ou de payer des acquisitions en actions. La minorité de blocage s’est exprimée avec respectivement de 35 et 36 % de vote contre.

Say on Pay : le vote sur la rémunération d’Arnaud de Puyfontaine, Président du Directoire s’est soldé par 25 % de voix contre. Les rémunérations de Jean-François Dubos et Jean-Yves Charlier respectivement ex-président et membre du directoire de Vivendi remerciés en juin 2014, ont également obtenu un mauvais score (30% et 25 % contre). Les autres membres du directoire ainsi que Vincent Bolloré ont obtenu de bons scores

Louis Bulidon, actionnaire individuel actif, a rappelé que Jean-René Fourtou et Claude Bébéar qui avaient guidé le groupe et l’avaient amené à vendre ses actifs les plus profitables étaient toujours au conseil. Il a souligné la situation déficitaire (-290 M€ en 2014) des activités restantes ( Vivendi Universal et Canal +) et a évoqué les menaces liées au streaming et au piratage internet.

Vincent Bolloré a seulement mis en avant son track record rappelant que la valeur de son groupe familial Bolloré est passée de 3 M€ à 15 Md€ en une trentaine d’année. Il a défendu avec des arguments faibles une stratégie qui consiste à fabriquer des talents et à faire de Vivendi un champion européen des contenus de demain. Il n’a pas traité le sujet du streaming ou du piratage.

Hervé Chefdeville de l’APAI (Association pour la promotion de l’actionnariat individuel) et l’actionnaire individuel René Pernolet, ont demandé que la présence à long terme des actionnaires ( surtout) individuels soit récompensée par des actions gratuites ou des dividendes majorés.

– Un actionnaire a voulu savoir comment empêcher les activistes d’imposer leur vision chez Vivendi ? Vincent Bolloré a répondu en substance que la création de valeur et la hausse du cours de Bourse pourraient les faire adhérer à la stratégie. « Au capital, à part la Caisse des Dépôts (3 % +) et le personnel (3%), il n’y a pas de grand actionnaire » a-t-il regretté « Qui peut nous aider à garder cette société » s’est-il interrogé, évoquant la nécessité de trouver un partenaire au capital.

Daniel Logerot de l’Association nationale des sociétés par action a posé une question sur les risques notamment fiscaux au Brésil et aux Etats-Unis. Le président a indiqué qu’il y avait « beaucoup de risques du passé » et « des redressements potentiels de plusieurs milliards ». Le secrétaire général a évoqué la class action aux US, le dossier Liberty Media, des procédures devant le tribunal de commerce de Paris.

Pour mémoire :

Quorum de l’AG : 59,03 %

Nombre d’actions au capital : 1 353 082 522

Nombre de droits de vote exprimés : 798 695 080
Nombre d’actionnaires présents et représentés : 13 086
Nombre d’actionnaires ayant voté par internet (votaccess) : 6 318

Poster un Commentaire

  S'abonner  
Me notifier des