AG Carrefour et Renault : Phitrust monte au créneau sur les rémunérations

Comme peut le faire n’importe quel actionnaire capable de justifier de la détention de ses actions, Phitrust Active Investors posera des questions écrites sur la gouvernance et les rémunérations des dirigeants à l’occasion des assemblées générales de Carrefour et Renault qui se tiennent le 15 juin 2018 à Paris.

Chez Carrefour, la Direction redoute de violentes manifestations suite à son traitement musclé des problèmes sociaux  (3300 emplois supprimés en France et Belgique). C’est peu dire que le plan du PDG Alexandre Bompard ne passe pas auprès des salariés. Pour tenter d’éviter tout débordements, Carrefour a mis sur son site internet un « REGLEMENT INTERIEUR DU LIEU DE TENUE DE L’ASSEMBLEE GENERALE ». Il laisse augurer une ambiance tendue lors de la réunion qui se déroulera dans un endroit destiné à dissuader les actionnaires d’y assister à Aubervilliers au Dock Pullman, 87, avenue des Magasins Généraux (Bâtiment 137). « Tout enregistrement quel qu’il soit (sonore, visuel, audiovisuel) est interdit avant, pendant et après l’Assemblée Générale » peut-on lire dans le règlement, ce qui est pour le moins curieux. On préfèrera traiter les problèmes à huis clos.

Des conditions de départ et de retraite chapeau toujours extravagantes

Pour Phitrust, ce sont les rémunérations patronales à l’occasion du départ de Georges Plassat qui interpellent. Chez Carrefour, l’activiste interrogera, à l’occasion du vote de la 18 ème résolution sur l’attribution d’une indemnité de non concurrence à l’ex-PDG. Il est parti en retraite en juillet avec au total plus de 12 millions d’euros versés l’an dernier. Les rémunérations 2018 d’Alexandre Bompard sont jugées floues quant à elles. On peut tout de même calculer qu’il touchera une rémunération plafonnée à 7,5 millions d’euros en 2018. A noter que chez Carrefour, il n’y a aucune publication des éléments de rémunération autre que celle qui figure dans le document de référence, ce qui ne fait pas partie des bonnes pratiques. En outre dans les rémunérations ex-ante ( celle qui sont votées à la résolution 17), on ne comprends pas tout. Alexandre Bompard aura-t-il une double ration de rémunération différée au titre de 2018 soit 3,5 millions d’euros supplémentaires et pour quelles performances ?

Pour Renault, c’est la dixième résolution et le vote proposé d’une super retraite chapeau à hauteur de 765 000 euros par an pour Carlos Ghosn, qui est considérée comme superflue et innapropriée par Phitrust Active Investors. Le patron de Renault dont la rémunération est toujours aussi extravagante, est reparti pour un nouveau mandat à la tête du groupe. Si le conseil n’a toujours pas organisé sa succession, la retraite de son PDG est déjà programmée. Indécent !

Les questions de Phitrust sont reproduites in extenso ci-dessous, elles ne suffiront probablement pas à servir d’exutoire dans des AG où les syndicats seront probablement très présents.

Questions écrites de Phitrust à l’AG Carrefour

1. La concomitance de l’attribution d’une indemnité de non-concurrence de 4 M€ et du départ à la retraite de Georges Plassat qui a quitté ses fonctions de PDG à 68 ans (avec plus de 12 millions d’euros encaissés cette année) pose question. Elle est en effet en opposition avec le code Afep-Medef, puisque cette indemnité ressemble fortement à une indemnité de départ à la retraite (18ème résolution).

2. Sur la politique de rémunération des dirigeants, dans laquelle différents éléments sont peu précis, Phitrust demande comment mieux aligner les rémunérations des dirigeants avec celles des salariés.

3. Sur la restructuration en cours, le souci des actionnaires porte sur le bon déroulement de ce plan, et entre autres, sur les conditions de reprise des salariés Carrefour qui seront amenés à rejoindre des franchisés.

4. L’administrateur référent, Philippe Houzé, représente l’un des actionnaires de référence, et de fait ne peut être considéré comme indépendant. La nomination d’un administrateur référent libre d’intérêt, les fonctions de direction n’étant pas séparées, serait plus en ligne avec les recommandations de l’Association Française de gestion sur le gouvernement d’entreprise (8ème résolution).

Questions écrites de Phitrust à l’AG Renault

1. La 10ème résolution propose un régime de retraite supplémentaire de 765 000 € par an pour M. Ghosn qui semble superflu et inapproprié compte tenu du niveau de la rémunération globale du Président-Directeur Général depuis plusieurs années.

2. La nomination de Thierry Bolloré comme Directeur Général adjoint et non Directeur Général délégué, ne répond pas à la question importante de la séparation des pouvoirs de direction chez Renault alors que cela a été mis en place chez Nissan en 2017.

3. Deux questions ont été posées sur le rôle de Renault en tant qu’actionnaire de Nissan, d’une part pour savoir si les administrateurs proposés par Renault au conseil d’administration de Nissan sont sélectionnés par le Comité des Nominations et de la Gouvernance de Renault ; d’autre part, pour préciser si la réduction de la participation de l’Etat français à 15% du capital de Renault va permettre au groupe français de retrouver sa liberté d’exercice de son droit de vote chez Nissan.

Phitrust espère que les dirigeants des deux sociétés apporteront des réponses à ces questions en modifiant certaines dispositions, ce qui serait apprécié de l’ensemble des actionnaires et investisseurs institutionnels.

Poster un Commentaire

  S'abonner  
Me notifier des