Capgemini refuse toujours de reviser le prix d’OPA sur Altran

C’est le 4 décembre prochain que le PDG de Cap Gemini et les actionnaires  d’Altran devraient être fixés sur la date de clôture de l’OPA lancée sur Altran (voir mise à jour). Paul Hermelin semble fait à l’idée que dans les mois qui viennent il aura à diriger Altran aux côtés d’actionnaires minoritaires.

Mise à jour le 9/12/2019 : La cour d’Appel a bien examiné la requête en sursis à exécution demandée par l’association des actionnaires minoritaires le 4 décembre mais le juge n’a pas prononcé le délibéré dans la foulée. Le suspens sur le calendrier de l’OPA et son éventuelle suspension sera levé le 18 décembre 2019 lorsque le délibéré sera rendu.  Le déroulement de l’offre est toujours suspendu d’ici là. Tandis que l’AMF a demandé que l’OPA sur Altran se poursuive dans des conditions normales, le procureur général, représentant du ministère public, a demandé la suspension.

A moins que la cour d’Appel ne décide de donner suite à la demande de la Présidente de l’Adam, Colette Neuville, et suspende l’opération, le temps pour le Président de la cour de se prononcer sur la conformité ou non de l’avis de l’AMF sur cette OPA, l’offre devrait reprendre son cours le 4 décembre et la clôture définitive intervenir au plus tôt en janvier. Si le calendrier est suspendu il faudra a contrario, compter un maximum de 5 mois pour connaître le jugement de la cour d’Appel et si celui-ci était favorable à l’Adam, faire marche arrière, voire verser un complément de prix à chaque actionnaire ayant répondu à l’offre ce qui est difficilement concevable.

L’offre lancée le 15 octobre 2019 est en stand by depuis le 25 octobre, date à laquelle l’Adam pour le compte d’Elliott a contesté l’avis de conformité de l’AMF. Colette Neuville présidente de l’Adam remet en question le prix de 14 euros pourtant validé par un expert dit indépendant, ainsi que le déroulement de l’offre compte tenu des conflits d’intérêts qui ont pû faire jour au conseil d’Altran.

Les indices boursiers ont progressé de plus de 7 % depuis le lancement de l’OPA

Le PDG de Cap Gemini a pris de nouveau la parole, ces jours derniers pour renouveler son intention de ne pas revoir son prix à la hausse, quitte à voir l’OPA échouer parce qu’elle aurait réuni moins de 50,1 % du capital d’Altran. “J’ai lu le troisième trimestre d’Altran. Je n’ai rien vu qui me pousse à relever le cours” a indiqué Paul Hermelin dans un interview à Reuters. Il serait prêt à prendre le risque d’un échec auquel il ne croît pas.

Pourtant, plus le temps passe et plus le redressement des indices CAC40 et SBF120 rendrait légitimme un relèvement du prix. Depuis le 25 juin 2019, lendemain de l’annonce de l’OPA, les indices ont progressé de 7,3 % en 5 mois et avec eux, les multiples de bénéfices qui sont maintenant plus favorables. Les résultats d’Altran s’améliorent et la valeur boursière du groupe s’est naturellement renchéri depuis 5 mois. Les actionnaires d’Altran seraient fondés, à obtenir un relèvement du prix de 14 € à 15 € pour coller à la seule hausse des indices. Mais pour le cabinet Sorgem, expert mandaté par l’Adam, le prix d’OPA devrait être plus proche de 17 €.

Poster un Commentaire

  S'abonner  
Me notifier des