Comment sont payés les dirigeants des grands groupes cotés en Bourse ?

Le plus souvent, la paie d’un dirigeant¹ d’une société de l’indice CAC40 est divisée en 3 sections. Il touche un fixe annuel qui se situe autour de 1,1 million € en moyenne, un bonus payable en fin d’année de l’ordre de 1,4 million € si les objectifs sont atteints, et une rémunération différée, à long terme. Cette rémunération à long terme est attribuée de plus en plus en actions et de moins en moins en stocks-options, pour un montant de l’ordre de 2-2,5 millions €. La rémunération variable à court terme est plutôt facilement acquise. La rémunération différée est, elle, plus volatile. Elle est versée 3 à 5 ans plus tard, et dépend de l’évolution du cours de Bourse etdes performances financières qui ont été fixées comme objectif par le conseil.

Une  garantie perte d’emploi comprise dans le package

Il faut aussi compter avec les pactoles versés au moment du départ du dirigeant. Quand un il quitte l’entreprise, s’il n’est pas mis dehors pour faute ou s’il ne part pas en retraite, il se voit attribuer un parachute doré, qu’il s’agisse d’une indemnité de départ ou de non concurrence. Il est rare qu’on annonce la démission d’un dirigeant. Les indemnités sont  limitées par le code de gouvernance patronale à deux années de salaires fixe et variable CT, ce qui représente une somme de 4 à 5 millions €.

S’il a l’âge de la retraite, il pourra aussi percevoir une rente annuelle au titre de sa retraite chapeau, qui se situe souvent entre 400 000 et 800 000 euros €. Payée par l’entreprise, celle-ci dépend du nombre d’années passées dans la société. Enfin, il ne faut pas croire que les rémunérations exceptionnelles sont là pour compenser le risque de perdre son poste. Les plus jeunes patrons se font octroyer une garantie perte d’emploi, une sorte « d’assurance chômage » qui les assure de toucher au moins leur fixe pendant deux ans après un départ. L’entreprise paie des sommes élevés pour cela ( environ 10% du fixe annuel). De plus en plus, les nouveaux dirigeants devenus plus mobiles que leurs prédecesseurs, s’assurent aussi d’une cotisation à une retraite par capitalisation payée par l’entreprise, en grande partie. Elle leur permettra de percevoir une rente confortable au moment de leur retraite, même s’il quittent le groupe avant celui-ci.

Au total, selon nos calcul, un patron du CAC40 en fin de carrière, qui reste 10 ans à la tête de l’entreprise peut se constituer un pécule de l’ordre de 50 millions à 70 millions € avant fiscalité et y compris la retraite chapeau.

¹ Données moyennes calculées à partir de l’Etude de Proxinvest sur les rémunérations des dirigeants en 2017. 

Poster un Commentaire

  S'abonner  
Me notifier des